mardi 22 mai 2018

Agri-Entrepreneurs: Revenu, Patrimoine ou Citron?

 Le jour où la loi #EGAlim, censée garantir un revenu décent aux agriculteurs, arrive dans l'hémicycle, il serait judicieux de s'assurer que les-dits agriculteurs seront à même de profiter de cette éventuelle hausse de niveau de vie (et nous en sommes loin).

Résultat de recherche d'images pour "presse citron"

En économie, il y a au centre du concept d'entrepreneur la création destructrice de Joseph Schumpeter: "la croissance est un processus permanent de création, de destruction et de restructuration des activités économiques.

L'un des déductions que l'on peut en tirer, c'est que l'entrepreneur n'est pas obligatoirement sous la menace d'un effet de rente. Que grâce à ses idées, à ses innovations, à ses talents de gestionnaire, il peut créer une entreprise, et des richesses, presque ex nihilo, en tout cas sans avoir à racheter un outil préexistant, à passer sa carrière d'entrepreneur à rembourser la valeur économique d'origine de cet outil. Et le cas échéant, il peut le développer presque sans limite.

En agriculture... ce concept est largement nul et non avenu. Car l'activité agricole est intrinsèquement liée au foncier, et à d'autres actifs, matériels ou immatériels, essentiels et largement non reproductibles.

I. Le Foncier

Si on laisse faire le marché, absolument librement, plus la production agricole sera lucrative, plus le foncier prendra de la valeur.

Normal me direz-vous?

Pas du tout, car l'agriculteur a cette capacité particulière ancrée en lui: la résilience!

Cette qualité en temps de crise, qui lui permet de vivre de rien pendant de longs mois, se transforme en malédiction en temps de prospérité car il sera enclin à investir tous ses revenus supplémentaires dans son outil de travail, créant des bulles et une inflation des prix de tous les intrants.

Si une activité agricole est lucrative, le sous-jacent foncier indispensable absorbe presque toute la richesse créée!

Les terres atteignent donc naturellement des prix stratosphériques, elles sont en réalité transmises par des stratagèmes intra-familiaux ou pseudo-financiers, aucun entrepreneur digne de ce nom n'acceptant de payer à l'origine ce qu'il gagnera par son talent le reste de sa carrière.

Le cas des licences de taxi illustre bien cette impasse, l'adage "Le paysan vit pauvre et meurt riche" aussi.

Le marché du foncier, et le calcul des loyers exigibles par les propriétaires, est largement réglementé en France, et l'on doit s'en féliciter. Le droit de préemption des Safer, les autorisations d'exploiter et les indices de fermage permettent d'éviter une augmentation inconsidérée de la valeur des terres condamnant l'exploitant à rembourser des annuités exorbitantes ou à payer des loyers spoliateurs.

Si l'on doit réformer ce système français, c'est simplement en le renforçant, en luttant contre les passe-droit et abus népotiques en commissions.

II. Les bâtiments et leur construction

Un autre aspect central de bien des activités agricoles, ce sont les bâtiments d'exploitation. Si la construction de nouveaux bâtiments est rendu compliquée par un excès de règlements administratifs, l'entrepreneur-paysan se verra obligé d'acquérir des bâtiments existants, ce dont les cédants, c'est la nature humaine, ne manqueront pas de profiter.

Laisser de nouveaux bâtiments pousser ici ou là, c'est, au-delà d'une exigence de confort de travail et de technicité, apporter de la fluidité dans l'économie agricole et lutter contre les effets de rentes.

III. Le "Droit à Vendre"

Cet actif immatériel est particulièrement indispensable pour les productions agricoles (très) périssables, comme le lait.

On peut évidemment évoquer les cas de la transformation à la ferme et de la vente directe: ces circuits courts sont très intéressants mais ne sauraient répondre à la grande majorité des besoins alimentaires de la population.

Pour vendre du lait, un producteur doit donc le plus souvent se regrouper en coopérative de collecte/transformation ou livrer à un industriel privé. Il est donc lié par un contrat stipulant, entre autre, la quantité à livrer, la référence.

Dans le cas des coopératives, le producteur détient des Parts Sociales, dont la valeur nominale est déterminée par le Conseil D'Administration de la coopérative (selon ses besoins financiers), et dont le producteur s'acquitte.

Véronique Le Floc'h, responsable de l'OPL, demande que ces parts sociales soient réévaluées en fonction de la valeur de l'outil coopératif. Et donc que au départ en retraite des coopérateurs, ou en cas de cessation d'activité, la coopérative leur rembourse un montant équivalent, non pas à la valeur nominale de ces parts sociales, mais à leur valeur économique. Encore un effet de rente à proscrire! Qui d'autres, sinon les nouveaux coopérateurs, et ceux qui continuent leur activité, devraient accroître le patrimoine de l'ex-producteur?

La coopérative est au contraire l'entité idéale pour que la profession laitière garantisse la solidarité nécessaire entre générations, et la pérennité de l'élevage laitier familial.

Ni le contrat, ni la référence, ni les parts sociales (au-delà de leur valeur nominale) ne doivent être l'objet de cession lucrative.

Car encore une fois, un entrepreneur digne de ce nom ne pourra jamais accepter d'acquérir un actif essentiel, à sa valeur économique, alors qu'il a la certitude de ne pouvoir le développer (un hectare est un hectare, un litre de lait est un litre de lait, par définition).

Le cas des droits au paiement des aides PAC, encore essentiels à l'existence des exploitations agricoles, est évidemment similaire. Ils ne doivent en aucun cas être monnayables.

Les risques d'effets de rentes sont, on le voie, bien trop nombreux dans l'économie agricole pour qu'on laisse à la fois "faire le marché" et que l'on y attire des entrepreneurs avisés, que l'on permette aux agriculteurs de profiter de leur revenu, non pas pour payer un prix toujours plus élevé pour le droit de travailler, mais pour vivre!

Imaginerait-on un directeur financier ou général payer pour le droit d'occuper son poste? Dans l'Ancien Régime cela s'appelait une Charge, donc une rente, une prime à l'ordre établi, une entrave au dynamisme.

Entre la création destructrice schumpéterienne débridée et l'économie administrée kolkhozienne, il y a le bon sens, la régulation souple, intelligente, durable.

Pas de revenu garanti, pas non plus de revenu indécent avec la perspective incertaine d'un patrimoine conséquent, mais des agriculteurs, des paysans travaillant pour aussi s'épanouir dans leur vie, prendre des vacances, passer du temps en famille.

Encore faudra-t-il que les prix de nos productions nous permettent de dégager un revenu, et que celui-ci ne soit pas pressé comme un citron par les effets de rente.